CalendrierFAQRechercherAccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Bestiaire de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Bestiaire de France Mer 19 Sep 2012 - 20:26

Bison d'Europe
Après la guerre, les populations de bisons d’Europe, qui avaient déclinées au XXe siècle, se sont retrouvées libérées dans la nature et ont pu se reconstituer. On trouve maintenant de grands troupeaux de bisons sauvages parcourir les plaines et les vallons de France. Les chasseurs ont donc commencé à se réattaquer à ce gibier dont la viande est recherchée et dont l’ivoire des cornes est apprécié par les artisans.


Chevaux sauvages de Camargue
Les anciens troupeaux de chevaux sauvages camarguais ont aussi profité de la baisse de la population humaine. Leur nombre s’est multiplié par quatre et les hordes équines se sont dispersées et répandues à travers toute la France, des Pyrénées à l’Alsace. La plupart de ces chevaux sont d'un blanc immaculé à cause de l’albinisme rendu fréquent par les radiations, ce qui ajoute à leur beauté contrairement à d'autres espèces rendues difformes par les retombées. De manière général donc, cela reste des étalons dont la beauté n'a d'égale que la fougue, les rendant très durs à dompter... Et donc très prisés !


Ours
Le 4e programme de réinsertion de l’Ours en France a été un succès total. Les populations de ces animaux a réussi à augmenter, et ce malgré la Guerre. Maintenant, on trouve de ces bêtes dans toutes les montagnes de France. Les radiations et le principe de sélection naturelle les ont dotés d’une plus grande force et d’une taille plus grande (jusqu’à 3 mètres debout pour les plus grands mâles). Généralement solitaire, un ours n’attaquera jamais une communauté humaine, mais il défendra toujours son territoire avec acharnement. Peu de gens osent se mesurer aux ours de nos jours, à moins d’être fou ou extrêmement téméraire.



Loup géant
Comme les ours, les populations de loups se sont développées et se sont répandues sur le territoire Français et même au-delà. Ils ont aussi grandis, devenant des prédateurs hors-pair, mais la plupart ont été très enlaidis par les radiations. Ils vivent en meute d’une quinzaine d’individus, attaquant voyageurs isolés, petits groupes et même des caravanes. Le meilleur moyen de se débarrasser d’une meute qui vous attaque et de tuer le mâle alpha, le chef du groupe. Après, savoir lequel c’est…c’est une autre affaire.


Mastodonte d’Auvergne
Un groupe de paléontologue a réussi a trouver de l’ADN de ces pachydermes français disparus il y a 100 000 ans. Ils ont donc tentés de les cloner afin d’en faire une attraction touristique et un objet d’étude scientifique. A la suite de l’Apocalypse, les Mastodontes se sont dispersés à travers l’Auvergne. Ils ont reformés des hardes et arpentent désormais la France. Ce sont les plus gros animaux sur le territoire. Les mâles peuvent atteindre jusqu’à 5 mètres au garrot, possèdent des défenses de 2 mètres de long et leur épiderme dorme un cuir très épais qui les protège des prédateurs.



Cervignard
Les Cervignards sont des charognards. Ce sont les descendants de cervidés trop exposés aux radiations qui sont devenus des abominations vivantes. Leur simple vue peut traumatiser et l’odeur fétide qu’ils dégagent a fait craquer plus d’un individu. Ils chassent en bande, visant toujours les proies les plus faibles ou bien les cadavres. Il est courant d’en voir traîner près de tombes fraiches ou sur les champs de batailles pour savourer les hommes morts récemment. Ils sont devenus un présage de mort dans la superstition populaire : quiconque voit un cervignard voit la faucheuse arriver.


Caesar (Caesarae Imperii)
Le Caesar est…on ne sait pas ce que c’est. C’est un assemblage de cadavre de plusieurs espèces en un être absolument hideux. Ce sont des tueurs impitoyables, qui peuvent traquer leur proie sur des kilomètres avant de l’attraper et de l’engloutir entière par la bouche qu’ils ont sur le ventre. Le seul avantage, c’est qu’ils sont lents. Très lent. Les distancer ne pose pas de problèmes, mais beaucoup de voyageurs se sont retrouvés dévorés dans leur sommeil croyant les avoir semés. Personne n’ose les affronter, et les meilleurs chasseurs n’hésiteront pas à faire des détours de plusieurs kilomètres pour les éviter.


Sang-Liard
Les descendants de nos sangliers ont rapidement abandonnés leurs régimes de feuilles, de racines et de truffes pour se rabattre sur la viande. Les Sang-liards sont des colosses d’un mètre 50 de haut au garrot. Ils ont mutés à cause des radiations et en sont venus à chasser pour se nourrir. Ces gros animaux à la peau épaisse sont particulièrement coriaces et hargneux. Il est très facile d’énerver un sang-liard et très difficile de lui échapper. Capables de courir jusqu’à 45km/h lorsque le terrain est favorable, ils dépècent leurs victimes avec leurs défenses avant de faire un festin, dans un concert de grognements.


Eléphant pélagique
Ces curieuses bêtes ont été aperçues pour la première fois sur les côtes de la Méditerranée. Aujourd'hui, il est possible d'en croiser certains sur la côte Sud de l'Atlantique. Nul ne sait d'où viennent ces animaux et les érudits cathares les ont nommés Eléphant des plages du fait de leur ressemblance avec les pachydermes africains: ils présentent une défense ainsi que plusieurs trompes qui leurs servent à capturer leurs proies. Ce sont les plus grands animaux existant. Avec leurs sept mètres de haut, ces bêtes se nourrissent de crustacés et de poissons qu'ils trouvent au bord des terres. Leur peau est extrêmement résistance car constituée de plaques osseuses épaisses.


Mouflon aveugle
A cause des radiations, les mouflons des chaines de montagnes françaises ont subit de lourdes mutations. Tout d'abord, ils ont perdus la vue, leurs cornes recouvrant désormais leurs yeux. Pour palier à ce handicap, ils ont développés, grâce à des filaments sur leur dos ainsi que de très fins coussins sous leurs sabots, un système de captation des vibrations qui leur permet de détecter tout ce qui les entoure. Grâce à cela, ils sont devenus presque insaisissables et plus téméraire. Ils n'hésitent plus à riposter quand quelqu'un s'introduit un peu trop loin sur leur territoire. Ces bêtes vivent en troupe d'une vingtaine d'individus menées par un mâle dominant, reconnaissable grâce à ses cornes proéminentes.


Félin de gouttière
Les chats de France, anciens animaux de compagnies fainéants et affectueux, ont rapidement retrouvés leurs instincts de prédateurs. En 2108, les Félins sont des chasseurs hors-pairs mesurant jusqu'à 80 cm au garrot, tout en muscles. Ces tueurs arpentent les ruines en meute à la recherche de proies, que ce soit petits animaux, cervignards ou même voyageurs isolés.


Aurochs musqué
Vous aimez les vaches? Bientôt vous en aurez peur. Les Aurochs musqués sont les descendants de nos vieilles vaches normandes. Ils ont perdus leurs sabots antérieurs au profit de mains puissantes capables de saisir et broyer leurs proies. Leurs cornes se sont développées et ils ont optés pour un régime omnivore, allant de l'herbe fraiche à la viande de loup. Ils se déplacent en troupeaux allant d'une à plusieurs dizaines d'individus, laissant d'immenses sillons de terre battue derrière eux.


Grognard
Les Grognards sont des prédateurs féroces du Nord de la France. Les premiers spécimens furent observés dans le désert Armoricain, puis dans les plaines de Picardie jusqu'au Nord Pas-de-Calais, et finalement dans les terres arides de la Beauce. Ces horreurs se servent de leurs tentacules et de leurs pinces pour capturer et déchiqueter leurs proies, et sont dotées de pattes puissantes qui leurs confèrent une grande vélocité. Leur échapper à la course relève du miracle.


Claquegueule côtier
Contrairement à ce qu'on pourrait penser en les voyant, ces animaux sont bel et bien des crustacés. Leur corps tout entier est recouverts d'écailles et ils ont conservé des réflexes des crabes et autres écrevisses comme l'enfouissement pour la ponte des oeufs. Néanmoins, les analogies ne vont pas bien loin car ce sont désormais des chasseurs et des prédateurs redoutables. On les trouve principalement dans les grottes côtières et les recoins très humides.


Grand Squale
Fléau de la Méditerranée et de l'Atlantique, le Grand Squale est devenu l'espèce de requin majoritaire depuis la chute des bombes. Mutation, évolution naturelle, radiations...toutes les spéculations sont bonnes pour expliquer l'apparition de ces gigantesques carnassiers. Réelles terreurs des mers, tous les mairns ont appris à équiper leurs navires de protections et d'armes afin de repousser les attaques de ces monstres marins


Faucon pèlerin
Les faucons pèlerins, dont les populations avaient fortement baissée au XXIeme siècle, ont vu l'Holocauste comme une véritable aubaine. Aujourd'hui, ils repeuplent toutes la France, des Pyrénées jusqu'en Alsace, à l'exception des Alpes. Ils sont très prisés des nobles impériaux ou encore des grands mages cathares qui aiment avoir ce genre d'animaux comme compagnons ou encore partenaires de chasse.


Gypaète barbu
Ce rapace français a failli s'éteindre au début du XXIeme siècle. Mais depuis que les Alpes ont été abandonnées, la population des gypaètes a put se reconstituer. Ces grands carnivores sont désormais les maîtres célestes alpins, et les clans leur accorde un statut quasi sacré qui leur interdit de les tuer. Ils ont donc pu reconquérir leurs anciens royaumes montagneux, col après col et règne maintenant en maitre sur les airs des Alpes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Bestiaire de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Bestiaire
» Bestiaire fantastique
» ~ Le Bestiaire ~
» Page 2 ¤ Le Bestiaire de Oo-Spn
» Le Bestiaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Holocauste :: ADMINISTRATIONTitre :: Encyclopédie :: Biosphère d'Holocauste-